Association Française pour le Shar-Peï, l’interview

22 Juil

L’AFPSP c’est l’Association Française Pour le Shar-Peï.

Créée en 2008, cette association ne doit pas être confondue avec le club de race officiel, qui est le Shar-pei Club de France – SPCF. Faisant partie du paysage du shar-pei en France, il était normal qu’on essaie d’en savoir davantage.

groupe de shar-pei

Le shar-pei est au centre des préoccupations de l’AFPSP.

 

Muriel Beuriot-Peynet, secrétaire de l’association, a bien voulu répondre à nos questions :

1. Quel est le rôle de l’AFPSP ?

L’AFPSP n’a ni pouvoir ni influence sur la gestion de la race mais constitue un aiguillon qui peut pousser les organismes officiels à avancer dans le bon sens.

Si cette association a été créée c’est simplement parce que le club de race de l’époque ne semblait pas vouloir prendre en compte les problèmes de santé du shar-pei, principalement l’amyloïdose, cette maladie répandue chez le shar-pei dont on sait encore peu de choses.

Face à l’inertie du club de race sur la question, il fallait se rassembler pour avoir plus de poids. D’où la création de l’Association française pour le shar-pei, regroupant éleveurs et amateurs de la race.

Le volet santé est très important pour l’association mais nous développons aussi un volet convivial en organisant des rencontres pour les propriétaires de shar-pei dans différentes régions.

Ponctuellement, nous organisons aussi des événements, comme la rencontre entre amateurs et éleveurs de shar-pei, organisée en marge du championnat du monde en juillet 2011, au cours de laquelle différents intervenants ont communiqué sur divers thèmes relatifs au shar-pei.

AFPSP-conference

Événement organisé en marge du Mondiale du chien de race en 2011, par l’AFPSP.

 

2. Où en est-on dans la recherche sur l’amyloïdose ?

C’est une maladie complexe. Les recherches en cours amènent parfois à se poser plus de questions qu’à pouvoir y répondre. Mais cela avance.

De notre côté, on organise des sessions de prélèvements en contact avec Antagène afin d’obtenir de nombreux échantillons qui seront utilisés pour la recherche.

Pour mieux sensibiliser les éleveurs et les particuliers, l’AFPSP a édité il y a quelques années une brochure, disponible sur notre site internet, sur l’amyloïdose et le programme de recherche en cours.

Désormais, je dirais que le problème de l’amyloïdose a été plutôt bien compris chez les éleveurs. On a pu voir une évolution des mentalités.

Frédéric Klap, président de l'AFPSP

Frédéric Klap, président de l’AFPSP.

 

3. Des projets d’avenir ?

On aimerait créer une banque de données sur la santé des chiens où tout serait consigné : maladie, dépistage, longévité, etc. afin que les éleveurs puissent faire un travail de sélection plus efficace. Malheureusement, cela demande beaucoup de moyens, tant humain que financier, que nous n’avons pas pour le moment, car c’est un projet très ambitieux.

On souhaiterait que le dépistage de certaines affections soit davantage répandu chez les éleveurs. Outre le dépistage de la dysplasie des hanches, déjà mis en place, celui de la dysplasie des coudes est loin d’être superflu chez le shar-pei. Par ailleurs, la biopsie rénale constitue un acte de dépistage qui gagne à se généraliser.

Rencontre entre propriétaires de shar-pei

Rencontre entre propriétaires de shar-pei, organisée par l’AFPSP.

 

4. Des conseils à ceux qui souhaitent acquérir un shar-pei ?

Il faut prendre son temps. On devra vivre une dizaine d’années avec le chien que l’on choisit alors autant le faire dans les meilleures conditions.

N’hésitez pas à visiter plusieurs élevages, à poser des questions, même si elles vous semblent bêtes. Demandez à voir les parents du chiot et, si possible, les frères et sœurs, oncles et tantes, cousins et cousines. Soyez curieux.

Demandez quels dépistages ont été effectués sur les géniteurs : dysplasie des hanches, des coudes, etc.

promenade de shar-pei

Promenade « sharpesque » pour passionnés.

 

5. Le mot de la fin ?

Chacun d’entre nous peut participer, à son niveau, à la recherche sur les maladies qui touchent nos shar-pei. N’hésitez pas à participer au programme de recherche du laboratoire Antagène : à l’occasion d’une visite chez le vétérinaire, effectuez une prise de sang qui alimentera une banque de données qui servira à créer un arbre généalogique géant permettant d’avoir une meilleure vision des problèmes de santé de la race (ce programme est fait en collaboration avec les programmes suédois et américain).

Merci Muriel !

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le site de l’AFPSP !

logo AFPSP

 

 

Envie d'en apprendre plus sur les chiens?
Faites partie des privilégiés de Sharpei Attitude !
Print Friendly