Immersion ou désensibilisation ?

Immersion ou désensibilisation ?

L’immersion et la désensibilisation sont des méthodes visant à traiter les phobies et les troubles de l’anxiété. Elles peuvent s’appliquer aux humains aussi bien qu’aux chiens.

Quelles différences y a-t-il entre ces deux méthodes ?

chien de face - photo AndyMc

Immersion

Le chien est « noyé » dans la situation qui lui fait peur. Il a peur des autres chiens ? On le place au milieu d’un groupe de chiens. Il a peur des hommes barbus ? On regroupe des amis barbus et on laisse le chien parmi eux. C’est l’équivalent de se retrouver dans une pièce remplie de serpents quand on a peur des serpents.

L’objectif est que le chien finisse par s’habituer à la situation et ne montre plus aucun signe de stress. Comme rien de mal ne lui sera arrivé, il n’aura plus de raison d’avoir peur.

C’est considéré comme une méthode rapide, mais très traumatisante, de se débarrasser de ses peurs. En effet, le chien n’a pas la possibilité de fuir.

L’idée à l’origine est que le chien (ou l’humain) ne peut rester en mode stress indéfiniment. Une fois la peur passée, il se retrouve en contact avec le stimulus sans avoir eu de justification à sa peur.

Cette méthode est très délicate à employer car :

  • La mise en situation ne peut cesser que lorsque le chien ne montre plus aucun signe de stress et se sent à l’aise. Cela peut prendre une heure comme quatre. Or, vous ne pouvez pas toujours utiliser un environnement idéal pendant le laps de temps nécessaire (les barbus s’impatientent et les chiens réclament leur gamelle).
  • Votre chien risque d’en sortir plus traumatisé encore si quelque chose se déroule mal (un chien l’agresse ou un homme barbu l’effraye en trébuchant), voire d’associer le lieu où s’est produit la mise en situation, par exemple, à un autre stimulus (la promenade en laisse avec le fait d’aller au parc au milieu des autres chiens).
  • Le chien ne pouvant s’enfuir (sinon il n’y a plus d’immersion), il peut se retrouver en grande détresse et avoir un comportement agressif, voire réussir à s’échapper (et ainsi apprendre que la fuite est la meilleure solution).
  • Il faut bien lire son chien pour déterminer comment il se sent.
  • L’humain a conscience que cette thérapie peut l’aider, mais le chien, lui, l’ignore. Il subit.
  • Cela demande une grande organisation et de faire attention au moindre détail.

Cette méthode est utilisée principalement lorsque le chien a pris peur d’une situation ou d’un objet qui ne l’effrayait pas auparavant, mais si c’est une situation à laquelle il n’avait jamais été confronté avant, le résultat risque d’être plus aléatoire. Exemple : un chien qui a subitement peur des ballons parce qu’il a été surpris par un rebond. Le cas est différent de celui d’un chien qui a peur des ballons depuis qu’il en a vu un.

BA gueule ouverte - photo gopal1035

 Désensibilisation

Il s’agit d’une exposition graduelle, de façon régulière, à une situation ou à un objet redouté.

Le niveau d’anxiété reste bas, contrairement à l’immersion. Mais cela prend du temps.

Si votre chien a peur des feux d’artifice, vous lui passez un CD avec des bruits de feux d’artifice à un niveau sonore très faible. Il ne doit pas montrer de signe de stress. Au fil des séances, vous allez augmenter progressivement le son jusqu’à atteindre un niveau sonore normal sans que votre chien ne réagisse.

Désensibilisation et contre-conditionnement sont généralement utilisés ensemble.

Le contre-conditionnement, c’est le fait de remplacer quelque chose de désagréable par quelque chose d’agréable pour le chien.

C’est le cas lorsque vous souhaitez que votre chien approche l’objet de sa peur. Vous réduisez progressivement la distance au fil des séances et vous récompensez par des friandises. La nourriture est un bon indicateur car lorsque le chien refuse de prendre sa friandise, cela signifie qu’il est déjà stressé et qu’on est allé trop loin.

La désensibilisation est une longue procédure qui, selon les cas, peut prendre des semaines ou des années. Mais, à savoir, que au cas où vous ne résolvez pas entièrement le problème, vous parviendrez au moins à diminuer la réaction de votre chien.

La désensibilisation demande une préparation. Il s’agit, avant de commencer de :

  • déterminer quel est le déclencheur du comportement du chien à modifier
  • définir une distance de sécurité
  • faire un plan d’entraînement

Par exemple, le déclencheur peut être tout enfant entre 1 et 5 ans. Mais pas seulement. Ce peut être des enfants qui crient, qui s’agitent, alors que tout se passe bien si l’enfant est calme. Il faut déterminer le déclencheur avec le plus de précision possible.

La distance de sécurité (où le chien se sent bien et ne s’intéresse pas au stimulus) peut être de 30 mètres. Ce sera à la fois le point de départ du programme d’entraînement mais aussi la distance « refuge » à laquelle vous pourrez éloigner le chien si vous voyez la situation problématique se dessiner au loin.

Le plan d’entraînement consistera à diviser en petites séquences (et donc exercices) la diminution progressive de cette distance de sécurité pour que le chien ne soit plus stressé à proximité d’un enfant. Éventuellement, vous pourrez organiser des séances de mise en condition et faire appel à des amis pour créer les déclencheurs sur lesquels vous travaillez avec votre chien.

Durant la période de désensibilisation, il faut éviter que le chien soit confronté à sa peur (dans notre exemple, ce peut être un enfant qui sort d’une maison juste au moment où on passe avec le chien). Et, comme on ne peut pas toujours maîtriser son environnement, si cela se produit, faites en sorte de soustraire rapidement le chien à ce stress.

Lors d’une désensibilisation, il faut suivre le rythme du chien. Si on a été trop loin, il faut revenir à une ou deux étapes précédentes.

La désensibilisation reste une méthode moins traumatisante pour le chien mais qui demande une bonne préparation.

groupe de shar-pei

En cas de difficulté, n’hésitez pas à vous faire aider d’un professionnel.

Avez-vous déjà utilisé l’une de ces méthodes ?

Print Friendly, PDF & Email
2 comments on “Immersion ou désensibilisation ?
  1. Paul dit :

    Bonjour Karole,

    Très bon article ! Merci.

    Nous avons fait usage de cette méthode sur un chien qui avait peur des autres chiens. Tellement peur qu’il montrait les dents et grognait fortement, jusqu’à mordre. Nous avons fait des exercices avec d’autres chiens à des distances non stressantes. Puis nous nous sommes rapproché progressivement. Aujourd’hui le chien peut côtoyer d’autres chiens juste à coté de lui sans problème. Il faut néanmoins resté vigilant.

    Entre le début et la fin il y a une énorme progression. Le chien viens de la SPA et avait été abandonné. Aujourd’hui il est avec une famille parfaite et il est vraiment heureux.

    Paul
    Paul Articles récents…Protégez-vous votre chien du climat ? Attention au coup de chaleur !My Profile

    • Karole dit :

      Merci, Paul, pour ce témoignage !
      C’est un atout dans la relation avec son chien quand on peut l’aider progressivement à gérer son stress et éviter le mode réactif.
      C’est vrai que cela demande un peu de patience mais les résultats sont très gratifiants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge