Tous les chiens, tous les chats – Konrad Lorenz

Tous les chiens, tous les chats – Konrad Lorenz

En fouillant chez un vendeur de livres d’occasion, je suis tombée sur ce livre de Konrad Lorenz écrit dans les années 50 :

Tous les chiens - Lorenz

Un vieux livre mais toujours agréable à lire.

Konrad Lorenz (1903-1989) était un biologiste et zoologiste autrichien. Il a enseigné la psychologie animale et est l’un des principaux pionniers de l’éthologie.

Dans « Tous les chiens, tous les chats« ,  ce spécialiste du comportement animal nous fait partager sa passion des animaux avec humour. Il y met toutes ses considérations sur les deux espèces domestiques qui ont pénétré dans nos maisons, même s’il parle davantage du chien que du chat.

Konrad Lorenz, à l’époque, faisait la distinction entre les chiens qui descendaient du chacal et ceux qui descendaient du loup. Selon lui, seules quelques races descendaient principalement du loup (races essentiellement primitives) mais les autres auraient davantage de sang de chacal qui auraient, selon lui, été les animaux qui suivaient les premiers hommes et les avertissaient des dangers pendant la nuit.

Très attachés aux chow-chow et aux bergers allemands, il croisait ces deux races pour obtenir des chiens dont le caractère lui convenait.

Je partage avec vous certains passages de ce livre qui m’a plu.

« Si aujourd’hui encore l’animal est toujours présent dans l’homme, l’homme n’est jamais présent dans l’animal. »

« Après tout,  ce que demande la santé du chien n’est pas différent de ce que demande la santé du maître: une promenade d’une demi-heure, deux fois par jour, à l’air frais. »

Au sujet des personnes qui disent préférer les animaux aux humains :

« Parmi les amis des bêtes les plus passionnés, et en particulier les amis des chiens, il y a une catégorie particulière de gens très malheureux, à qui d’amères expériences ont fait perdre toute confiance dans l’humanité et qui cherchent un refuge auprès des animaux. La fameuse phrase, si fausse, « les animaux sont tellement meilleurs que les hommes », me rend toujours triste et songeur.  Car il n’en est rien. (…) le chien n’a aucune idée du labyrinthe des obligations morales, souvent contradictoires, où l’homme doit se retrouver. »

« Il est déplorable qu’un grand nombre d’amis des animaux (ceux qui s’occupent de leur protection en particulier) perpétuent une conception aussi dangereuse du point de vue éthique. Le seul amour des bêtes qui soit parfaitement beau et édifiant est celui qui procède de l’amour plus vaste de la création en général: sentiment dont le trait central et dominant ne peut être que l’amour de l’humanité. Seuls les êtres capables de cette attitude-là peuvent donner leur affection aux bêtes sans courir un danger moral. L’être humain qui, à force de déceptions et d’amertume devant la faiblesse humaine, retire son amitié aux hommes et la reconvertit en amour des chiens et des chats, commet un véritable péché, une forme de sodomie sociale. »

Konrad Lorenz

Konrad Lorenz

Sur l’éducation :

« Moins un chien a été modifié physiquement par la domestication, plus il a gardé les caractéristiques de l’animal de proie, et plus son amitié me semble précieuse. C’est pourquoi je n’aime pas trop modifier la vraie nature d’un chien par le dressage, au point que je ne souhaite pas voir disparaître chez mes chiens ce sauvage instinct de chasse qui m’a valu tant d’ennuis et de dépenses. Si c’étaient de doux agneaux, incapables de faire du mal à une mouche, j’éprouverais moins d’émerveillement à pouvoir leur confier mes enfants sans l’ombre d’une crainte. »

« (…) il ne faut jamais oublier que l’animal ne possède aucune espèce de sens du devoir selon les critères humains et que, contrairement aux tout petits enfants, il n’y collaborera que dans la mesure où cela l’amusera. C’est pourquoi la punition est non seulement inadaptée, mais nuisible, puisqu’elle risque de dégoûter le chien de l’activité où elle est intervenue, et donc de l’en rendre incapable. »

« Il faut à tout prix que l’animal ait le sentiment que tel ou tel exercice n’est pas une obligation, mais une faveur. »

En ce qui concerne les différences entre mâles et femelles, son choix est fait !

« Si possible, prenez une chienne (…). Mais tous les amateurs de chiens qui connaissent la question seront d’accord avec moi: une chienne est supérieure à un chien sous le rapport du caractère. »

« (…) une chienne est plus fidèle qu’un chien, elle a l’esprit plus fin, plus riche, plus complexe et, en termes absolus, son intelligence est généralement plus grande. »

Lorsqu’il parle d’élevage et de sélection, il ne cache pas sa pensée :

« C’est un fait, regrettable mais indéniable, que l’élevage en vue d’un standard très strict de qualités physiques est incompatible avec l’élevage en vue de qualités mentales. »

« Il n’y a pas une race de chiens dont les qualités, toujours excellentes au départ, n’aient été complètement détruites lorsque le malheur a voulu qu’elle devienne à la mode. »

« Mais l’idée de compétition, d’exposition, comporte en elle-même certains dangers: le concours de chiens de race mène à une exagération de tous les traits qui caractérisent la race. »

Un livre très accessible et plaisant à lire !

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge