Grossesse nerveuse chronique chez la chienne stérilisée

Cela vous paraît étrange d’associer “chienne stérilisée” et “grossesse nerveuse” ? Cela m’a étonné aussi. Pourtant, après avoir vu le webinaire de Sara Davies (1), j’ai compris que le fait de stériliser une chienne au mauvais moment pouvait avoir des conséquences indésirables.

Vous envisagez de stériliser votre chienne? Lisez bien ce qui suit.

Votre chienne se montre plus agressive ou anxieuse depuis sa stérilisation ? La suite va vous intéresser aussi.

Qu’est-ce qu’une grossesse nerveuse ?

Les autres noms que l’on donne à ce phénomène : pseudo-gestation ou pseudocyèse. On parle aussi de “lactation nerveuse”. Cependant la présence de lait n’est pas toujours avérée.

En fait, la chienne se comporte comme si elle allait mettre bas.

Il faut savoir que le cycle sexuel de la chienne est quasi-identique qu’il y ait eu saillie ou pas. Cette particularité permet aux chiennes non gestantes d’avoir la possibilité d’allaiter les chiots des autres chiennes.

La pseudogestation n’est donc pas un phénomène aberrant. D’ailleurs, il ne pose aucun problème particulier à la plupart des chiennes, même si, selon une étude, 64 % des chiennes non stérilisées présenteraient ce syndrome régulièrement (2).

La pseudo-gestation va s’exprimer par des signes physiques et/ou comportementaux.

Les signes d’une pseudo-gestation

Le principal signe physique est un grossissement des mamelles, surtout celles situées vers l’arrière de la chienne. Les autres signes qui peuvent survenir : gain de poids, distension abdominale, vomissements, diarrhées, miction et prise de boisson plus fréquente.

Le principal signe comportemental est la collecte d’objets (jouets qui appartiennent au chien généralement) et la volonté de se faire un « nid ». Mais attention, cela peut générer des comportements d’agression, comme une chienne qui défendrait ses petits ou sa tanière. Les autres signes qui peuvent survenir : manque d’appétit, léchage, affection débordante, chien “collant”, gémissements, réduction ou augmentation de l’activité.

La prolactine, l’hormone du comportement maternel et de la production de lait, serait à l’origine de ces symptômes.

Parfois, cette condition passe toute seule. Cependant, ce n’est pas sans risque pour la chienne. En effet, cela peut dégénérer en mammite (engorgement des mamelles), favoriser l’apparition de tumeurs mammaires (2), sans compter les risques d’agression. Il est donc conseillé d’aller consulter un vétérinaire pour obtenir un traitement adapté.

Prévention

Si vous voulez éviter ce problème de pseudogestation, il suffit de stériliser la chienne avant ses premières chaleurs. Si les ovaires n’ont jamais été stimulés, il ne risque pas d’y avoir de pseudocyèse. Cependant, après avoir été conseillé pendant des années, le fait de stériliser une chienne si tôt est désormais plutôt déconseillé de nos jours. Il faut donc y réfléchir.

Notez que si votre chienne a déjà fait une grossesse nerveuse, elle risque d’en refaire.

Le cycle a son importance

Attention, lorsque vous décidez de stériliser votre chienne, il faut vraiment attendre qu’elle soit dans sa phase d’anœstrus, c’est-à-dire lorsque l’activité hormonale est au plus bas. Si l’intervention est pratiquée trop tôt (phase de metoestrus), on risque d’emprisonner la chienne dans une partie de son cycle de manière chronique et ainsi favoriser les problèmes de comportement. 

Des chaleurs d’une durée moyenne

Et oui ! Les indications données sur la durée des chaleurs et ses différentes phases sont des moyennes. Cela signifie que le cycle de votre chienne peut être décalé de plusieurs jours par rapport à une autre (3).

Grossesse nerveuse chronique

Chez la femelle qui est stérilisée lors du pic de prolactine, les symptômes de grossesse nerveuse peuvent être permanents.

Sara Davies considère deux sortes de pseudocyèse chronique chez la femelle stérilisée :

  • Des signes physiques et/ou comportementaux de grossesse nerveuse les jours suivants la stérilisation.
  • des problèmes d’agressivité et d’anxiété qui apparaîtront quelques mois après la stérilisation. Il n’y aura pas forcément d’autres signes comportementaux ou physiques.

Aucun test ne permet de déterminer le problème. Inutile de faire un dosage de prolactine car la présence de cette hormone est normale chez toutes les chiennes. C’est en traitant la grossesse nerveuse que l’on constate ou non une amélioration. Le diagnostic sera posé s’il y a une amélioration au bout de quelques jours.

Selon une étude, les chiennes stérilisées auraient davantage de problèmes d’anxiété et d’agression que les autres (4). Se pourrait-il que les pseudo-gestations chroniques soient une cause de ce phénomène ?

Quand stériliser ?

Discutez avec votre vétérinaire afin de stériliser votre chienne le plus loin possible du début du cycle (notez la date des premiers saignements – début du cycle – elle sera utile), juste avant ses prochaines chaleurs.

Au secours, ma chienne fait une grossesse nerveuse ?

Consultez votre vétérinaire qui pourra vous conseiller un traitement adapté. De votre côté, augmentez les activités de votre chienne, ce qui permettra de la sortir de cette “obsession”. Retirez (avec prudence) les objets qu’elle accumule et empêchez-la, dans la mesure du possible, de se lécher les mamelles (et ne frottez pas cette zone) pour ne pas stimuler la lactation. Il est aussi conseillé de réduire sa ration alimentaire sur quelques jours.

Avez-vous constaté un changement du comportement de votre chienne après sa stérilisation ?

Sources et articles complémentaires :

(1) Webinaire de Sara Davies (en anglais) : https://icbglobal.net/2021/07/21/phantom-pregnancy-the-silent-killer/

Sara Davies : https://www.veterinary-practice.com/article/pseudopregnancy-in-spayed-bitches

(2) Gestion d’une lactation de pseudo-gestation réfractaire aux traitements antilaiteux chez la chienne https://www.researchgate.net/profile/Fernando-Mir/publication/288696776_Management_of_pseudopregnancy_lactation_refractory_to_medical_treatment_in_bitches/links/5be679a992851c6b27b3af10/Management-of-pseudopregnancy-lactation-refractory-to-medical-treatment-in-bitches.pdf 

(3) SCC : https://www.centrale-canine.fr/articles/le-cycle-sexuel-de-la-chienne

(4) Conséquences comportementales de la stérilisation dans les espèces canine et féline | Dr Emmanuelle TITEUX

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.