Le chien dominant

27 Juil

Il paraît que le but du chien dans la vie serait de prendre notre place.

Quelle horreur !

Et malgré cela, vous avez tout de même pris un chien ?

chien dominant - jeu

Chien sur le dos lors d’une phase de jeu.

 

Le mythe

On a tous entendu dire qu’il fallait :

  • manger avant son chien
  • sortir avant lui
  • ne pas le laisser dormir sur un lieu en hauteur (canapé)
  • le mettre sur le dos ou le saisir par la peau du cou quand il faisait une bêtise
  • etc.

Heureusement, depuis de nombreuses années, le mythe s’effondre.

Tout d’abord parce que la relation que nous souhaitons avec notre chien n’est pas celle-ci : le dominant qui exerce une pression constante sur son subordonné, à se demander quelle est l’intention derrière chaque action de son chien, à devoir constamment le « remettre à sa place »… ça en devient fatiguant !

Ensuite, nombre d’observations du comportement canin, nous ont poussé à ouvrir notre horizon et considérer le chien sous un autre angle.

Pour autant, il ne faut pas se sentir coupable d’avoir adhérer à cette fameuse relation de dominance car elle a été si souvent utilisée et répétée (notamment par un grand nombre de professionnels du chien) qu’il était difficile de ne pas se laisser convaincre en tant que simple propriétaire de chien néophyte.

Le terme de « dominance » a été tellement galvaudé qu’on n’ose plus l’employer tellement l’interprétation est différente selon les gens.

 

Quelques notions de base

Dominer, c’est exercer son autorité ou une influence prépondérante.

Malheureusement, dans le monde du chien c’est devenu synonyme d’usage de la force et de la contrainte.

Cette idée de « dominance » chez les canidés provient de l’observation de meutes de loups. Certaines observations étaient erronées et ont été transposées chez les chiens et, pire, dans la relation homme-chien.

Or, les chiens ne sont pas des loups, tout comme les humains ne sont pas des chimpanzés. Ce sont des espèces différentes. Et ce n’est pas parce que des similitudes existent que le comportement et les motivations sont exactement les mêmes.

Cela fait des milliers d’années que le chien (animal domestique) vit auprès de nous (niche écologique). Il ne s’agit pas d’un loup (animal sauvage) qui s’est transformé en quelques années à peine !

Le loup vit en meute, le chien peut vivre en petits groupes, mais il peut vivre seul aussi. Les observations de chiens féraux mettent en évidence un comportement différent de celui du loup. Le loup a besoin d’un groupe soudé pour chasser de grandes proies. Le chien se nourrit principalement de déchets. Pas besoin d’un chef pour fouiller des poubelles… surtout quand elles sont si abondantes !

Mauvaise interprétation

A entendre le nombre de personnes qui indique que leur chien est un « dominant », je parierai que 80% des chiens doivent l’être ! Il reste peu de place pour les chiens dit « soumis » !

Faisons un peu de tri. On applique souvent le terme « dominant » à :

  •  un chien agressif avec ses congénères et/ou les humains
  •  un chien « têtu »
  • un chien qui n’obéit pas

Ce n’est pas parce qu’un chien ne vous obéit pas ou vous grogne dessus qu’il exprime une quelconque dominance ou cherche à prendre votre place. Cherchez plus loin s’il vous plaît !

 

interactions sociales entre deux chiens

Interactions sociales entre deux chiens.

Interactions intraspécifiques (entre chiens)

Il ne peut y avoir de dominance sans interaction.

Est-ce qu’un chien est dominant avec les autres chiens ou bien est-ce les autres chiens qui sont soumis envers lui ?

Même si vous inspirez le respect à votre entourage, il existe des personnes qui vous inspire, à vous, un profond respect et que vous suivez allègrement.

Un chien pourra dominer tel chien et être soumis à un tel autre chien. Tout dépendra des interactions. Cela dépend surtout de la volonté, de l’enjeu, de la personnalité de l’autre chien.

J’ai vécu avec un groupe de plusieurs chiens (dont quatre mâles non stérilisés), et ai pu constater qu’essayer de déterminer quelle était leur hiérarchie était un exercice très difficile. Le chien qui correspondait le plus à l’image du chien dominant (assurance, détermination, calme) pouvait intimider un de ses compagnons pour lui voler son jouet mais se retrouvait parfois la patte ou la queue coincé sous le même chien sans oser faire un mouvement parce que l’autre grognait s’il bougeait !

Ce qui ressort de mes observations personnelles, c’est que les chiens utilisent aussi bien la ruse que l’intimidation pour obtenir quelque chose.

A savoir qu’un chien ne naît pas dominant, il s’affirme (ou pas) selon son tempérament, ses expériences, son environnement et les interactions qu’il a eues.

chien dominant - os

« Tu le veux vraiment cet os ? Viens le prendre si tu l’oses ! »

Interactions interspécifiques (avec l’humain)

Le chien se situe dans une relation de dépendance avec nous. On lui fournit sa nourriture, son logis, ses heures de sortie, un contact social…

A quoi cela lui servirait-il d’être le « chef » ? Encore plus de stress assurément !

A moins qu’il ne profite de ses prérogatives pour manger ce qu’il souhaite, sortir seul faire de longues balades, loger dans un autre quartier (en hauteur ?)…. A ce moment-là il sort de votre vie, il ne vous domine pas.

Des études ont montré que le chien, contrairement au loup, cherche son maître du regard lorsqu’il doit résoudre un problème difficile. Il a donc dû comprendre que l’humain trouvait souvent une solution aux problèmes de son quotidien. Quelle confiance !

Quant aux chiens qui « testent » leur maître, qu’est-ce que cela signifie ? Qu’il désobéit ? Qu’il exprime un malaise ? Qu’il n’a pas bien compris ce qu’on attendait de lui ?

Être le maître de son chien requiert les mêmes qualités qu’être parent : sachez ce que vous voulez et faites-vous comprendre calmement, inspirez confiance, soyez bienveillant, c’est tout. Cela exclu donc toute violence, conflit, abus. Il s’agit juste d’autorité naturelle.

Je préfère donner envie à mon chien d’exécuter un ordre plutôt que de le contraindre. Dans ce cas, la notion de dominance n’a plus lieu d’être, il s’agit uniquement de motivation.

Plutôt qu’une relation de dominance, c’est une relation de coopération qu’il faut privilégier avec son chien. Tout le monde en ressort gagnant.

 Note : Cet article participe au carnaval des articles organisé par Margaux du blog Primitif Addict. Découvrez les articles des autres blogueurs participants sur ce thème : la dominance chez le chien.

 

Envie d'en apprendre plus sur les chiens?
Faites partie des privilégiés de Sharpei Attitude !
Print Friendly