La santé du shar-pei

10 Déc

Lorsque vous avez un shar-pei, vous entendez souvent les gens dire : « c’est fragile ces chiens-là, hein ? ». Ils vous racontent ensuite les problèmes rencontrés par l’ami d’un ami qui a (eu) un chien de la même race.

On a tous entendu que le shar-pei était une véritable aubaine pour les vétérinaires !

Ce qui nous dérange, dans le fonds, c’est que l’on nous prenne pour de gros nigauds de prendre un chien de cette race, comme si on cherchait les ennuis !

Mais cette réputation est-elle véritablement justifiée ?

the chinese shar-pei veterinary manual

Des maladies exotiques

En 1987, alors que la race était encore jeune aux Etats-Unis, Kelly Anne Tate et Jay Jakubowski écrivaient un ouvrage intitulé « The Chinese shar-pei veterinary manual » (manuel vétérinaire du shar-pei) pour répondre aux affirmations que le shar-pei développait des maladies exotiques et complexes qui laissaient les vétérinaires perplexes. Dans cet ouvrage, ils font un inventaire détaillé des principales affections dont pouvaient souffrir les shar-pei tout en montrant que la plus grande majorité d’entre elles ne sont ni complexes ni exotiques.

Depuis, la fièvre familiale du shar-pei a été identifiée, ainsi que l’amyloïdose. L’état d’inflammation chronique qui en est à l’origine fait l’objet de recherches actuellement. Voilà pour le côté « exotique ». Mais d’autres races ont aussi  leur maladie « exotique »!

 

Problème d'yeux : ulcère cornéen

Problème d’yeux : ulcère cornéen

Une race plus malade qu’une autre ?

Lorsqu’on choisit une race de chien, c’est que quelque chose en elle nous attire, nous correspond, et non uniquement parce qu’il n’y a (a priori) aucun problème de santé particulier. Car tout être vivant peut tomber malade.

Il faut bien noter que, actuellement, toutes les races sont victimes d’affections particulières ! Problèmes cardiaques chez certains, d’yeux pour d’autres, dysplasie, épilepsie, dermatoses, malformations diverses et variées… Et le catalogue des anomalies héréditaires est en constante augmentation !

Pour comparer avec les autres races, on peut regarder les programmes de recherches menées chez Antagène, vous verrez que le shar-pei en bénéficie de deux, autant que le malinois, mais moins que le bull terrier par exemple. De plus, dans le livre de George A. Padgett, paru en 1998 (« Control of canine genetic diseases« ), le shar-pei se « contente » de deux lignes et demie d’affections génétiques alors que le berger allemand, le doberman ou le golden retriever (pour ne citer qu’eux !) dépassent largement les six lignes !

Franchement, chaque race a son lot de problèmes de santé !

Les causes principales

Il existe trois causes principales à ces problèmes :

  • L’hypertype : les traits distinctifs d’une race sont exacerbés. Trop de peau, trop de poils, des yeux trop globuleux, des museaux trop écrasés, des chiens trop grands ou trop petits… Mais la limite du « type » et de « l’hypertype » n’est pas aisée à distinguer. Un chien très (trop?) typé sera plus spectaculaire et souvent mieux apprécié qu’un autre spécimen de la race.
  • Le manque de diversité génétique. En exacerbant la sélection d’un type particulier de chien, en favorisant la reproduction des mêmes individus et mêmes lignées, la variabilité génétique s’amoindrit et favorise l’apparition de mutations génétiques qui s’exprimeront par des maladies. Mais, après tout, c’est inévitable puisque c’est le principe même d’une « race » : une population semblable qui se reproduit entre elle.
  • La reproduction de sujets atteints ou porteurs de certaines affections. Pas volontairement, bien sûr, mais tout simplement parce que certains symptômes surviennent quand le chien a déjà reproduit ou qu’il n’existe pas de tests pour vérifier si le superbe étalon est porteur d’une maladie héréditaire.

Ce qui fait que le chien est un bon sujet d’études pour les maladies humaines c’est que, très souvent, les maladies sont les mêmes. Cependant elles sont beaucoup plus nombreuses chez le chien du fait d’un moindre brassage génétique.

Le guide médical à l’usage des propriétaires de shar-pei

Pour sa part, il est vrai que le shar-pei est plus sensibles à certaines affections qu’à d’autres. Il peut être utile de les connaître afin de donner des pistes à son vétérinaire s’il semble en difficulté pour un diagnostic.

Le Chinese Shar-Pei Club of America (le club de race du shar-pei aux États-Unis) a dédié une commission de travail sur le sujet de la santé depuis plusieurs années. Un guide a été rédigé, disponible sur le site du Dr. Jeff Vidt. Il regroupe la plupart des affections qui ont déjà été constatées dans la race. L’ayant traduit pour un autre site il y a quelques années, je vous propose de le télécharger si vous ne l’avez pas encore, car il est toujours d’actualité.

Guide médical à l’usage du propriétaire de shar-pei

De quelle affection souffre, ou a souffert, votre chien ?

shar-pei : problème de genou

Problème de genou : luxation de la rotule

 

 

 

 

Envie d'en apprendre plus sur les chiens?
Faites partie des privilégiés de Sharpei Attitude !
Print Friendly