Gérer une bagarre entre chiens

15 Nov

Si vous avez un chien, vous avez de grandes chances d’avoir à gérer une bagarre au moins une fois dans votre vie ! Si vous avez plusieurs chiens, le risque est encore plus grand.

Lorsque notre chien est impliqué dans une bagarre, on se pose trois questions :
– faut-il intervenir ou pas ?
– comment intervenir ?
– comment éviter que cela se reproduise ?

Intervenir ou pas ?

© Antje Lindert-Rottke

© Antje Lindert-Rottke

Cela va, avant tout, dépendre de la sensibilité et de l’expérience de chacun, mais aussi du risque encouru par le chien.

Je ne préconise pas de laisser les chiens se débrouiller seuls. Je pense que chaque conflit est assez traumatisant pour tout le monde. Pourtant il faudra décider si l’intervention ne portera pas plus de préjudice que la non intervention (risques de se faire blesser, d’aggraver le conflit ou une blessure en tirant le chien par exemple). Certaines bagarres ne durent que quelques secondes, d’autres ne laissent aucune trace puis encore d’autres peuvent s’avérer très graves pour l’un ou les deux protagonistes. Et ce n’est pas toujours évident de le déterminer à l’avance. C’est donc uniquement vous (et éventuellement le propriétaire de l’autre chien) qui prendrez la décision d’intervenir ou pas.

Un chien impliqué dans une bagarre n’est pas forcément une pauvre victime ou, à l’inverse, un psychopathe. Bien souvent, les deux sont responsables du conflit. L’agression est un comportement naturel mais il s’agit d’un comportement qui est utilisé dans les cas extrêmes, où les options sont très limitées. Si l’on a un chien qui se retrouve souvent au milieu d’une bagarre, il sera très utile d’observer son comportement et tenter de déterminer ce qui peut déclencher le conflit (cela peut d’ailleurs être lié à une autre cause que son comportement, un problème médical par exemple).

Si votre chien est impliqué dans une bagarre avec un autre chien, il vous faudra considérer trois critères pour décider si vous souhaitez intervenir ou pas. Certains sont des facteurs aggravants et nécessitent une intervention rapide.

  1. La différence de corpulence des protagonistes
    S’il y a une grande différence de taille, le plus petit chien peut se trouver en danger sans que le grand chien ait particulièrement cherché à le blesser sérieusement. Idem si un jeune chiot est impliqué.
  2. La nature du conflit
    – Un chien qui vient agresser le vôtre (ou le vôtre agresse un autre) sans qu’il y ait eu une réelle communication au préalable (un agresseur + une victime). La prédation entre dans ce cas de figure.
    – Des chiens qui font connaissance et finissent par se battre (il y a eu communication).
    – Règlement de comptes entre deux chiens qui se cherchent depuis un certain temps (conflit larvé) et qui, éventuellement, vivent ensemble.
    – Un chien qui a peur et cherche à éloigner l’autre, etc.
  3. L’environnement
    S’il y a un enfant à proximité, une personne fragile, d’autres chiens qu’il faudra éloigner pour éviter que d’autres conflits éclatent ou bien que certains viennent prêter main forte à l’un des combattants, ou bien un lieu exposé (route, objets dangereux à proximité…).

Comment intervenir ?

pet-correctorÉvitez de toucher le chien ! Il risque de se retourner et de vous mordre. Alors que la plupart des conflits laissent des blessures superficielles sur les chiens, vous risquez, vous, de vous retrouver handicapé. Dommage ! Attention, un chien est très rapide ! Il peut tourner la tête pour vous mordre et poursuivre son combat avec l’autre chien en une fraction de seconde, sans avoir eu conscience que c’était vous, son maître.

Lors d’une bagarre, il faut garder à l’esprit que l’objectif est de désolidariser les chiens pour pouvoir les éloigner et faire retomber la pression.

Quelques solutions à tenter en fonction de la sensibilité de chacun, du chien, de la situation, bref, comme vous le sentez. Aucune ne fonctionne à coup sûr. Tentez un truc pendant quelques secondes puis passez au suivant si cela ne fonctionne pas :

  • arriver de manière menaçante en gueulant sur les chiens (cela marche surtout si ce sont nos chiens),
  • glisser un objet qui fera écran entre les deux chiens (planche, morceau de carton…) permettant une séparation physique et visuelle,
  • pulvériser un spray, genre Pet Corrector, qui fait un bruit sec en envoyant un jet d’air comprimé (pas de bombe lacrymo ou autre spray puissant de ce genre),
  • jeter de l’eau sur les chiens, une poignée de friandises, une veste, faire un bruit fort, bref tout ce qui peut surprendre et distraire les chiens pour qu’ils se séparent pendant quelques secondes, le temps qu’ils reconnectent leur cerveau, et de les récupérer.

Si ça ne fonctionne pas et qu’il faut vraiment les séparer :

  • saisir la base de la queue ou les pattes arrières pour soulever l’arrière train des chiens et reculer d’un pas pour mettre une distance de sécurité et attendre que les chiens se calment un peu (nécessite d’être deux et une bonne coordination),
  • en dernier ressort,  empoignez la peau au sommet du crane du chien, entre les oreilles (il aura plus de difficulté à vous mordre) ou saisir d’une main le collier et de l’autre une partie de la tête (une oreille par exemple) pour immobiliser au mieux la tête.

Inutile de préciser que si on doit saisir le chien, il faut être très rapide, bien viser, ne pas hésiter… et reculer rapidement avec notre prise !

Si vous êtes seul, et que vous pensez pouvoir exercer un certain contrôle sur votre chien, vous pouvez tenter de désengager l’autre chien tout en demandant au vôtre de se contrôler avec un ordre de base (assis, pas bouger…).

Comment anticiper une bagarre entre chiens ?

  1. Observer
  2. Éviter
  3. S’équiper

Les signaux des chiens qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille :

  • regard fixe
  • gueule qui se ferme
  • chien qui se fige
  • position en avant ou de type prédation
  • positions d’intimidation (blocages avec le corps, museau sur l’encolure, tentatives de chevauchement…)
  • grognements

Cela dépend des moyens de communication de chaque chien. Vous ne connaissez pas avec précision le langage de l’autre chien mais maîtrisez davantage celui de votre chien ainsi que ce qu’il tolère ou pas.

Dans un environnement stressant, évaluez le seuil de tolérance du chien. Par exemple, s’il y a plusieurs chiens inconnus, le niveau de stress des chiens sera plus élevé. Idem s’il y a une personne qui utilise un souffleur de feuilles, un chien qui aboie derrière une clôture, des enfants qui jouent à quelques mètres, etc.

S’il n’y a qu’une seule règle que je peux vous donner c’est celle-ci : suivez votre instinct. Si vous pensez que la situation peut dégénérer, intervenez en amont.

© n3d-artphoto.com

© n3d-artphoto.com

  • Cela signifie, par exemple, de ne pas attendre que le chien qui se dirige vers vous comme une balle vienne au contact. Placez-vous devant votre chien et engueulez celui qui arrive, lui demandant de s’arrêter ou de s’assoir. Il ne vous obéira sûrement pas mais sera probablement coupé dans son élan par votre détermination et votre ton. Demandez au propriétaire de rappeler son chien. S’il vous dit qu’il est gentil et qu’il n’y a rien à craindre, répéter votre demande sans tenir compte de ses propos (technique du disque rayé). Effectivement, son chien est peut-être gentil et ne posera pas de problème mais si vous, vous ne le sentez pas, vous n’avez pas à subir sa présence près de votre chien.
  • Si votre chien s’est déjà fait agresser par des chiens inconnus, vous pouvez vous promener avec un bâton (de la longueur d’un bâton de marche). Ce bâton ne servira pas à taper sur l’autre chien mais à mettre un obstacle entre le chien qui arrive et le vôtre. En plantant le bout du bâton au sol juste devant le chien qui arrive et en le déplaçant quand il essaie de le contourner, vous placez un obstacle qui va empêcher le chien d’approcher ou du moins le faire réfléchir quant à sa motivation de continuer (équivalent d’un body block). De plus cela peut envoyer un signal fort au propriétaire du chien qui sera peut-être plus enclin de venir le récupérer, de crainte que vous n’utilisiez votre accessoire sur les cotes de son chien.
  • Gardez à l’œil les chiens qui ont eu une petite explication par le passé (grognements, bousculade, etc.) car ils peuvent profiter de la moindre occasion pour régler leur différend. Ils peuvent se tenir correctement sous votre surveillance et régler leur contentieux quand ils se retrouvent lâchés à 20 mètres de vous ou qu’ils se frôlent dans un passage étroit.
  • Repérez les ressources « prétextes », c’est-à-dire tout objet, personne, lieu ou situation qui créé des tensions entre les chiens. Il peut s’agir d’un jouet, de la gamelle, d’un panier, d’une personne, de l’arrivée d’un visiteur, etc.
  • En promenade, pour mettre toutes les chances de votre côté, prenez de la distance, laissez le temps aux chiens de s’approcher et ainsi de communiquer avant de se retrouver nez à nez. Faites un détour, arrêtez-vous, montrez-vous auprès de l’autre propriétaire de chien, et observez comment se comporte l’autre chien. S’il arrive à fonds, tentez de briser son allure en vous plaçant entre votre chien et lui, en vous adressant à lui, éventuellement en positionnant votre bâton devant vous. Certains chiens peuvent arriver à fonds de train puis s’arrêter à quelques mètres du vôtre et être pacifique.
  • Quand les deux chiens sont au contact, vérifiez que les échanges semblent amicaux, les gueules ouvertes, le corps détendu. Si l’un des deux est un peu poussif, incitez votre chien à vous suivre pour se désengager. Rien ne vous empêche de féliciter votre chien si les premières secondes se passent bien et poursuivre votre chemin. Évitez de tirer sur la laisse, cela risque de créer une tension qui pourrait déclencher une agression.

Après la bagarre

Parfois, la bagarre a eu lieu sans qu’on ait pu l’éviter. Il est important de laisser les chiens tranquilles pour souffler et reprendre leurs esprits. Éloignez-les pour qu’ils se sentent davantage en sécurité. Inutile de crier, c’est terminé et la pression doit redescendre. Après quelques minutes vous pouvez vérifier s’il y a des plaies, demander au propriétaire de l’autre chien ce qu’il en est pour le sien (éventuellement demander ses coordonnées pour votre assurance). Toutes les plaies ne seront pas forcément visibles dans l’immédiat. Tout d’abord parce que votre chien ne ressent peut-être pas encore la douleur (son corps s’est mobilisé pour le combat) et ensuite parce que certaines plaies ne saignent pas. Tout contact avec un autre chien dans les heures qui suivent le conflit est déconseillé, votre chien risquant d’être encore sous le choc de sa confrontation, il ne sera pas dans les meilleures dispositions pour gérer une nouvelle rencontre.

Une fois rentré chez vous, inspectez votre chien et tentez de trouver toutes les plaies pour pouvoir le soigner et décider s’il vaut mieux aller consulter un vétérinaire. Surveillez attentivement votre chien pendant un jour ou deux, que ce soit au niveau physique ou s’il doit côtoyer d’autres chiens.

Gérer une bagarre dans laquelle son chien est impliqué est éprouvant. Pourtant il ne faut pas le voir comme un échec mais comme une expérience. On apprend sur notre chien, sur les autres, sur les petits trucs qui peuvent déclencher un conflit. Et on essaiera de faire mieux la prochaine fois !

Quelles sont vos astuces pour gérer les bagarres entre chiens ?

Envie d'en apprendre plus sur les chiens?
Faites partie des privilégiés de Sharpei Attitude !
Print Friendly