Sept mythes sur l’anxiété de séparation, par Nicole Wilde (2/3)

28 Août

chien triste

crédit photo: epSos.de @ flickr

Pour relire le début du texte : Sept mythes sur l’anxiété de séparation, par Nicole Wilde (1/3)

2. Si votre chien dort dans votre lit, il souffrira d’anxiété de séparation. Je ne peux pas vous dire le nombre de fois que j’ai entendu des éducateurs conseiller des maîtres de ne pas laisser leur chien dormir avec eux, de peur que le chien devienne tellement attaché que cela lui serait insupportable de rester seul. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. L’étude mentionnée ci-dessus a également conclu que « les activités telles que permettre au chien d’accéder au lit du propriétaire… n’ont pas été associées à l’anxiété de séparation. »

Même s’il est vrai que dormir dans le lit du maître ne causera pas d’anxiété de séparation, si votre chien en souffre déjà, cette proximité nocturne ne va pas l’aider. Après tout, le but est que votre chien apprenne à se sentir détendu quand il est seul, et s’il ne peut même pas être physiquement séparé de vous pendant la nuit, comment peut-il rester calme quand il est livré à lui-même en votre absence pendant la journée ? Commencez par attribuer à votre chien un autre endroit pour dormir. Ne vous inquiétez pas, il peut être à côté de votre lit dans un premier temps. Placez son couchage à côté de votre lit et incitez-le gentiment à regagner son propre lit chaque fois qu’il essaie de monter sur le vôtre. Si nécessaire, utilisez une laisse courte pour le limiter à cette zone. Vous pouvez choisir de le faire dormir plus loin ou à l’extérieur de la chambre, mais le sortir de votre lit est un bon début.

3.  Si votre chien souffre d’anxiété de séparation, il ne mangera pas pendant votre absence. Pensez à un moment où vous étiez extrêmement inquiet ou effrayé. Il est peu probable que vous ayez eu envie d’une savoureuse pizza. Pour beaucoup de chiens stressés, le même mécanisme est à l’œuvre. Or, le fait de mâcher soulage les chiens du stress et, dans de nombreux cas, en dépit de leur stress, les chiens vont fouiller des Kongs remplis de friandises, ronger des os à mâcher, ou tenter de faire sortir la nourriture de jouets distributeurs. Si vous souhaitez remplir un Kong, ou tout autre distributeur de nourriture, pour votre chien, placez l’objet à sa portée et créez un court chemin de friandises appétissantes qui y conduit. Ce sentier de friandises est plus susceptible d’attirer votre chien que si vous vous contentez de poser le Kong quelque part.

Certains chiens ont du mal à rester au même endroit pour mâcher. Pour ces chiens, choisissez de préférence un distributeur de nourriture qui peut être malmené, comme le Molecuball ou le Kong Wobbler. Ces articles permettent au chien de dépenser l’énergie dévolue à l’inquiétude d’une manière plus active et, par l’attention qu’ils demandent, peuvent contribuer à éviter les destructions.

4. Si votre chien détruit pendant votre absence, c’est qu’il souffre d’anxiété de séparation. J’ai eu, une fois, un propriétaire qui me disait que son chien souffrait d’anxiété de séparation. Quand j’ai demandé comment il le savait, il m’a dit qu’il en avait discuté avec son vétérinaire, qui avait mis le chien sous médicament. J’ai demandé comment le problème avait été diagnostiqué, quels étaient les symptômes ? Il m’a dit que le chien avait mâché une chaussure pendant son absence. J’ai attendu. Et alors ? Eh bien … c’est tout. Le chien avait détruit une chaussure. L’homme avait entendu dire que les chiens souffrant d’anxiété de séparation mâchaient des objets, avait additionné un plus un et, avec l’aide du vétérinaire, en était venu à cette conclusion. Même s’il est vrai que la destruction est le premier symptôme de l’anxiété de séparation, de nombreux chiens sont destructeurs pour d’autres raisons, y compris l’ennui, le manque de stimulation, ou parce qu’ils ne sont pas vraiment éduqués.

En cas de véritable anxiété de séparation, les destructions sont souvent centrées sur les effets du maître, puisque son odeur est réconfortante pour le chien, ou autour des portes et des fenêtres par lesquels il est sorti ou a été vu s’éloigner de la maison. La destruction d’autres éléments est possible, bien sûr, mais, encore une fois, la destruction en soi n’est pas nécessairement le signe d’un problème de séparation. Tout comme les autres indices, cela doit être pris en compte dans la globalité du cas.

5. Le fait de prendre un autre chien va résoudre le problème. Oh, si seulement c’était toujours vrai ! Pour savoir si un deuxième chien pourrait soulager l’angoisse du premier, il faut déjà savoir si la détresse du premier chien provient de la séparation d’une personne en particulier (ce que nous pensons généralement être de l’anxiété de séparation), ou tout simplement parce qu’il ne veut pas rester seul, ce que l’on appelle plus précisément la détresse de l’isolement. Dans ce dernier cas, tout corps chaud fera l’affaire.

C’est une bonne nouvelle, car le problème pourrait être résolu par la présence d’une autre personne, d’un autre chien, ou, dans certains cas, même d’un chat. Donc, pour un chien ne pouvant rester seul, avoir un autre chien pourrait certainement être utile, mais il y a toujours le risque que ce ne soit pas le cas, et, dans le pire des cas, vous pourriez vous retrouver avec deux chiens ayant des problèmes de séparation !

A moins que vous ayez, de toute façon, l’intention d’ajouter un autre chien à la famille, il est préférable de faire une petite expérience au préalable. Vous pouvez envisager de servir de famille d’accueil à un chien par le biais d’une organisation de protection animale ou bien d’emprunter pendant une courte période le chien d’un ami qui serait énergique et pas anxieux. De cette façon, vous saurez si votre chien est plus détendu avec un copain pendant notre absence. (Faites simplement attention à mettre fin à l’expérience si votre chien rend le chien invité anxieux.) Qui sait, si ça marche, vous pourriez même décider d’adopter définitivement le chien à qui vous servez de famille d’accueil !

 

Pour lire la suite : sept mythes sur l’anxiété de séparation, par Nicole Wilde (3/3)

 

Envie d'en apprendre plus sur les chiens?
Faites partie des privilégiés de Sharpei Attitude !
Print Friendly